Médical >

Les Ressorts Cachés du Coureur à Pied

Les Ressorts Cachés du Coureur à Pied

Marcher ou courir ne résulte pas uniquement de la seule contraction musculaire.

Plus de la moitié de l'énergie nécessaire provient des structures élastiques des membres inférieurs, notamment du tendon d'Achille et de la voûte plantaire.

Le coureur à pied est, en quelque sorte, une balle qui rebondit. Quand celle-ci touche le sol, elle se déforme, elle perd de l'énergie cinétique, mais accumule de l'énergie de tension élastique. Ensuite, la détente élastique redonne à la balle sa forme originale et la propulse vers le haut.
L'énergie cinétique est regagnée, une petite part étant transformée en chaleur.

C'est ce principe qui explique que la course à pied ne soit pas trop consommatrice d'énergie.

Tendon d'Achille

Lorsqu'un muscle long est relié à un tendon court, le premier accumule plus d'énergie de tension que le second, et inversement, lorsqu'un muscle court est relié à un tendon long.

Il apparaît ainsi que les ressorts fondamentaux du coureur sont les muscles de la face postérieure de la jambe (jumeaux et soléaire) et leur tendon (le tendon d'Achille).

Voute Plantaire

78 % de l'énergie transmise par écrasement du pied est rendue lors de la détente élastique de la voûte plantaire (jusqu'à 17 Joules d'énergie cinétique et gravitationnelle perdue et rendue à chaque foulée).

Plusieurs ligaments du pied sont essentiels dans ce mécanisme de ressort.

Déjà, on peut estimer que les deux principaux ressorts du coureur (tendon et voûte) réduisent de moitié le travail musculaire à fournir.

De ces études, il découle plusieurs conséquences concernant les chaussures de sport :

- Les chaussures avec soutien de voûte, qui s'opposent à l'aplatissement de celle-ci (nécessaire à la fonction de ressort), sont donc à éviter.
Leur port ne sera envisagé que pour des raisons pathologiques, et fabriquées alors sur-mesure.

- Certains fabricants de chaussures voient celles-ci comme des amortisseurs de chocs, mais il faut apprécier la différence qu'il y a entre amortisseur et ressort.
Le pied humain a besoin d'un matériau élastique pour atténuer le choc avec le sol. Mais ce matériau n'a pas besoin d'être un "amortisseur" stricto sensu, à moins de vouloir diminuer les vibrations après f impact et donc la possibilité de glisser.

- Un amortisseur naturel extrêmement efficace est représenté par le tissu sous cutané plantaire.
Le port habituel de chaussures, surtout si elles sont à semelles tendres, est responsable de l'amincissement du tissu sous cutané plantaire et donc de la perte d'une grande partie de son efficacité.
Pour renouveler et améliorer ses facultés naturelles, il convient de s'habituer à marcher puis courir, de temps en temps, pieds nus.
En outre, l'utilisation de talonnettes anti-choc en sorbothane, très en vogue actuellement, est à limiter à moins d'un quart de son entraînement ou aux jours suivant une dure compétition.

Si certains coureurs touchent le sol directement avec le métatarse, la plupart le font d'abord avec le talon, et pourraient donc bénéficier de chaussures avec un talon amortisseur mais avec une semelle élastique qui rend la plus grande partie de l'énergie reçue.

Il n'en demeure pas moins que les concepteurs de chaussures de sport auront toujours du mal à préserver les extraordinaires propriétés naturelles du pied humain, et que le choix d'une chaussure de sport de série reste difficile.

Jean-Luc FELIX et Hervé PROTAT,
Podologues



Formations 2017 / 2018


Le calendrier des formations du CDOS de l'Ain 2017 / 2018 est disponible cliquez ici.

Fiche d'inscription à remplir cliquez ici.

Le calendrier général des formations proposées par le RAIA (Réseau d'Accueil et d'Information aux Associations de l'Ain) est consultable cliquez ici.

Logiciel Compta CASICO






Nos coordonnées

Comité Départemental Olympique et Sportif de l'Ain
14 rue de la Grenouillère
01000 BOURG EN BRESSE
Tél. : 04 74 45 11 27
Fax : 04 74 24 60 18
E-Mail : contact@cdos01.com

Calendrier du CDOS 01